Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
fr
fr en

DEEP PURPLE 17 JUILLET -

Scène Chapiteau
DEEP PURPLE

L'oeil de Guitare en scène

7 notes de guitare qui résonnent inlassablement et font entrer directement leurs auteurs dans la Grande Histoire du Rock, imposant leur «Smoke on the Water» comme l’un des plus grands classiques du genre. Cinquante plus tard (ou presque), Deep Purple s’apprête à tirer une bonne fois pour toute sa révérence mais ne manquerait pour rien au monde une dernière visite dans le temple musical qu’est Guitare en Scène.

TICKETS
Le même jour

BIOGRAPHIE

D’une âcre fumée courant sur le Lac Léman, ultime soubresaut d’une cauchemardesque soirée, jaillirent quelques notes, sept pas plus, appelées à devenir mythiques, riffs de guitare entêtants contre basse lourde, orgue rauque contre voix rugissante, témoignages intemporels d’une histoire qui s’écrit en lettres de feu sur les murs du Panthéon du rock.
 
Cinq décennies séparent les débuts blues psyché de cette tournée aux allures de chant du cygne, de long au revoir où personne ne veut rompre l’étreinte sublime, et pourtant le cinq majeur du hard-rock mondial, Ian Gillan (chant), Roger Glover (basse), Ian Paice (batterie), Steve Morse (guitare) et Don Airey (claviers), ne semble pas vouloir abdiquer, montant inlassablement sur scène pour jouer tous ces titres qui ont construit, peu à peu, la légende du rock, continuant à composer et enregistrer des albums - le dernier en date «Infinite» étant sorti en 2017 ! -  où résonnent encore et toujours ces rythmes trépidants, primitifs, ce rock bouillant saturé d’électricité et d’énergie, qui portent les cœurs et les corps à ébullition.
 
En posant, dès 1968, les bases de ce heavy metal qui fera bouger tant de têtes les décennies suivantes - et continue encore à le faire -, la petite bande d’anglais ne se doutait sûrement pas que ce violet profond aux influences multiples et aux expérimentations classiques, blues, funk, plus ou moins réussies, vendrait plus de 130 millions d’albums, sortirait un album live, «Made in Japan», référence absolue du genre, et deux albums studio totalement incontournables - «In Rock» avec son inoubliable pochette détournant le symbolique Mont Rushmore et «Machine Head» incluant quelques pépites dont le célèbre «Highway Star» - et, surtout, serait l’auteur de l’un des plus grands classiques du rock mondial, monstre absolu traversant les époques et les générations, ce «Smoke on the Water» composé après l’incendie du Casino de Montreux pendant un concert de Franck Zappa. Et si le groupe, entretenant sa légende, connut une existence mouvementée avec querelles d’egos, notamment entre Ritchie Blackmore et Ian Gillan, départs tonitruants et retours marquants, il n’en est pas moins entré au fil du temps dans la mémoire collective, écrivant quelques-unes des plus belles pages de l’histoire du rock. Alors que le chapitre final semble se rapprocher à la vitesse d’un riff au galop, quelle chance nous avons de voir Ian Gillan et ses complices retrouver le chaudron de Guitare en Scène pour y écrire un nouveau merveilleux paragraphe de cette fabuleuse épopée musicale !
DEEP PURPLEDEEP PURPLEDEEP PURPLEDEEP PURPLE
Ne manquez rien ! Abonnez-vous à la newsletter pour recevoir, en primeur, les infos du festival !